BARNES International
Créez un compte pour gérer vos alertes
Connectez-vous et gérez vos alertes
Mot de passe oublié

BARNES précurseur des ventes immobilières en cryptomonnaies à Miami

BARNES

31/01/2022

Le bureau de BARNES Miami vient de réaliser une vente record en cryptomonnaies, sur un marché où ce mode de paiement est de plus en plus demandé.

Miami (Floride-USA) est en passe de devenir la capitale mondiale des cryptomonnaies. Un mouvement encouragé par son maire, Francis Suarez, qui envisage à court terme que les habitants de Miami puissent recevoir leurs salaires ou payer leurs impôts en cryptomonnaies. Sur le plan immobilier, Enzo Rosani, directeur associé de BARNES Miami, vient de réaliser la 2e transaction la plus importante en jamais réalisée en Floride en crypto-monnaie, pour un montant équivalent à 7 millions de dollars (6,3 millions d’euros). « Cet appartement de 650 m² en duplex, situé dans Marquis Residences, l’une des adresses les plus prestigieuses de Miami Downtown, dispose d’un accès direct à une plage privée et offre d’extraordinaires vues panoramiques sur la Baie de Biscayne » ,explique Enzo Rosani. « Pour des entrepreneurs généralement jeunes, qui ont fait fortune dans les cryptomonnaies, la question ne se pose pas. C’est ainsi qu’ils veulent régler tous leurs achats, d’une note de restaurant à une transaction immobilière de plusieurs millions de dollars ».

Le duplex de Marquis Residences s’est vendu en 24 heures à un prix légèrement supérieur à son prix de présentation (6,945 millions de dollars). Et il aura fallu moins de 15 jours pour que la transaction soit officiellement enregistrée. En l’occurrence en Ethers (ETH) convertis en USDC, une cryptomonnaie indexée sur le dollar (1 USDC = 1 $).

Cette procédure est extrêmement simple aux Etats-Unis : au cœur de la transaction se tient un avocat qui va représenter l’acheteur et le vendeur en ouvrant un compte en ETH dédié à cette opération. Lors du closing, l’acheteur peut choisir de conserver les ETH ou de les convertir en dollars, en toute transparence. « La stabilité de l’USDC permet de sécuriser la transaction autant pour le vendeur que pour l’acheteur,»  poursuit Enzo Rosani. « Elle permet surtout d’effacer les craintes liées à la volatilité du cours du Bitcoin, par exemple ».

Le directeur associé de BARNES Miami estime que d’ici 5 ans, 30 à 40 % des ventes immobilières se feront en cryptomonnaies aux Etats-Unis : « Ces transactions sont un gage de sécurité et de rapidité, tout en supprimant les frais bancaires liés aux transferts d’argent traditionnels ».

Miami, qui figure en première place du classement mondial des villes les plus attractives dans le BARNES Global Property Handbook 2022, s’impose comme l’une des capitales internationales des nouvelles technologies : en 2021, 9,39 % de ses actifs travaillaient pour des startups !

 « Miami est elle-même une start-up. Cela fait 10 ans que nous construisons en silence une colonne vertébrale financière qui soutient les entrepreneurs et les entreprises ». Francis Suarez, maire de Miami.

«BARNES Miami se place en première ligne de ce mouvement, autant à destination de la clientèle locale qu’européenne. « Nous notons depuis quelques mois une montée en puissances des demandes provenant d’acheteurs britanniques, français ou espagnols pour des biens vendus en cryptomonnaies », ajoute Enzo Rosani. « Miami est en effet l’endroit parfait ou investir en toute sécurité, sur un marché solide et porteur. D’ailleurs, de plus en en plus de promoteurs immobiliers le proposent spontanément dans le neuf ».

L’achat immobilier en cryptomonnaies est-il possible en France ?

Rien n’interdit sur le principe un achat immobilier en cryptomonnaie en France, à condition que le vendeur et l’acheteur soient d’accord sur ce point. En revanche sa mise en pratique s’avère encore délicate :

 « Le notaire n’a pas le droit d’accepter les cryptomonnaies comme moyen de paiement pour une vente immobilière, explique l’avocat spécialisé en Droit immobilier Me Gabriel Neu-Janicki. Ce qui implique que le paiement se fasse en dehors de sa comptabilité, ce qui est tout à fait possible. Mais comme le notaire sera dans l’incapacité de déterminer l’origine des fonds utilisés, il devra effectuer une déclaration auprès de Tracfin, l’organisme chargé de lutter contre le blanchiment d’argent. Il y a donc fort à parier que les services fiscaux se penchent sur cette transaction. Ce qui n’est pas forcément un problème en soi, si les cryptomonnaies utilisées ont été gagnées ou converties de manière transparente. En revanche, cela peut allonger le délai de vente, jusqu’à son autorisation par Tracfin ».

Le paiement des droits d’enregistrement ne pourra pour sa part se faire en cryptomonnaies, l’Etat français n’acceptant pas (encore) ce moyen de paiement.