Actualités

Toutes les actualités de BARNES

13/06/2018Barnes
Perspective

86 % des familles fortunées en France sont propriétaires

1 % de la population détient 30 % du patrimoine : c’est ce que vient de révéler l’étude de l’Insee sur le niveau et de vie et le patrimoine des Français, publiée le 5 juin dernier.

Les familles à très haut revenu sont dans 37 % des cas un couple sans enfant, leur déclarant fiscal a en moyenne 59 ans, ils sont propriétaires de leur résidence principale dans 86 % des cas et 30 % d’entre eux vivent à Paris ou dans les Hauts-de-Seine. Au sein des plus fortunés, les salariés sont cadres dans près de 60 % des cas et chefs d’entreprise dans près de 10 % des cas. Les très hauts revenus contribuent proportionnellement davantage que les autres aux prélèvements directs grâce au barème progressif de l’impôt sur le revenu, dont ils acquittent 25 % du total.

L’immobilier reste prépondérant

L’immobilier garde une place importante dans le patrimoine: début 2015, 62,7 % des familles métropolitaines possèdent un patrimoine immobilier, que ce soit leur résidence principale ou un autre logement. Ainsi, 58,9 % d’entre elles sont propriétaires de leur résidence principale ou accédants (+ 1 point par rapport à 2010). Par ailleurs, 18 % des ménages métropolitains possèdent un autre logement (résidence secondaire, logement vacant, loué ou mis à disposition gratuitement), taux relativement constant depuis la fin des années 1990.

Entre 1998 et 2015, le patrimoine a doublé, boosté par l’immobilier   

Les 70 % des familles les plus aisées ont bénéficié de la forte valorisation du patrimoine immobilier (+ 133 % en euros courants) sur la période, surtout entre 1998 et 2010. Les 60 % de ménages les mieux dotés concentrent 99 % de la masse totale de patrimoine immobilier.

Début 2015, les 10 % des ménages les mieux dotés en patrimoine brut dits « ménages à hauts patrimoines » possèdent au minimum 595 700 euros d’actifs, les 5 % les mieux dotés 883 900 euros et les 1 % plus de 1,9 million d’euros. Ces 2,9 millions de ménages à hauts patrimoines détiennent en moyenne 1 250 000 euros de patrimoine brut. Le patrimoine détenu par les ménages à hauts patrimoines se compose pour moitié de biens immobiliers, puis de 25 % de patrimoine financier et de 18 % de patrimoine professionnel. Sans oublier la détention de biens durables, bijoux, œuvres d’art et autres objets de valeur qui représentent enfin 6 % des actifs de ces ménages.

Les 1 % les plus aisés détiennent des entreprises

Les 1 % des ménages les mieux dotés répartissent différemment leur patrimoine des autres ménages très aisés. Ils placent une plus grande part de leur patrimoine dans les actifs financiers (35 % contre autour de 20 % pour les autres ménages). À l’inverse, la place de l’immobilier dans leur patrimoine est plus faible (29 %, contre 57 % à 73 % pour les autres). Le patrimoine professionnel constitue une part très importante de leur patrimoine (30 %, contre 5 % à 17 % pour les autres ménages à hauts patrimoines). Il est essentiellement constitué des actifs des entreprises qu’ils possèdent. En effet, 46 % de ces ménages sont propriétaires d’au moins une entreprise dont la personne de référence ou le conjoint est le dirigeant, pour une valeur moyenne de 2,2 millions d’euros.

Une majorité de propriétaires européens

En Europe, d’après les données du Household Finance Consumption Survey (HFCS), le taux de propriétaires s’établit à 60 % pour l’ensemble de la zone euro. Au sein des quatre pays les plus peuplés (Allemagne, France, Espagne et Italie), il varie de 44 % en Allemagne à 83 % en Espagne. Dans tous les pays, le taux de propriétaires s’accroît avec le niveau de patrimoine net. Il dépasse 90 % pour les 5 % de ménages les mieux dotés. L’immobilier (tous biens confondus) représente une part importante du patrimoine des ménages propriétaires, en moyenne de 84 % de leur richesse brute et 81 % de leur patrimoine net pour les pays étudiés. Ce pourcentage est de l’ordre de 64 % si on se limite à la valeur de la résidence principale. Parmi les ménages propriétaires en Allemagne, France, Espagne et Italie, la part de la résidence principale varie de 60 % en Allemagne à 73 % en Italie. Entre 2010 et 2014, la valeur nette totale du patrimoine immobilier a baissé sous l’effet combiné de la baisse des prix de l’immobilier et de la hausse de l’endettement. La chute de la valeur des résidences principales a touché la majorité des pays, parfois très fortement (– 33,5 % en Grèce, – 27,5 % à Chypre en moyenne, en euros courants). Si on tient compte de l’évolution différenciée de l’inflation par pays, seules l’Allemagne (+ 5 %), la Finlande (+ 6 %) et, dans une moindre mesure, l’Autriche (+ 1,6 %) enregistrent des hausses en moyenne. En revanche, le taux de propriétaires est resté relativement stable au sein de chaque pays.

Pour lire l’intégralité de l’étude :

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3549502